Une enquête d’UFC que choisir, a dénoncé des abus tout récemment en matière de crédit revolving. La loi serait rarement appliquée à la règle. Des pratiques rarement respectées malgré la mise en place d’un dispositif qui encadre les crédits pour la protection du consommateur.

Que choisir a pointé du doigt et dénoncer certains organismes financiers connus mais aussi des grandes enseignes qui proposent des cartes de paiement du magasin, les clients seraient mal informés…

La mode est à la société  de consommation et le consommateur veut consommer à tout prix et les vendeurs veulent faire leurs chiffres également…Tous sont responsables, sans compter que la loi est interprétable, à partir du moment ou le client est informé mais est il toujours bien informé ? c’est la question que l’institution soulève. Toujours est il que si le candidat au crédit revolving n’a pas une bonne capacité d’emprunt le réflexe de la banque est souvent de proposer une réserve d’argent qui peut déboucher sur une situation de surendettement, ce crédit coûte cher et rapporte à la banque avec des taux supérieurs.

Ce type de crédit doit répondre à un besoin strict et temporaire mais le système et ses dérives tente de surfer sur la société de consommation et la solution de facilité…Responsable mais pas coupable.